Ce site est un service privé payant d'information et de renseignement distinct des marques et des services publics non-rattachés à ces derniers
Service de renseignements téléphoniques permettant la recherche des coordonnées des abonnés professionnels ayant accepté ou ne s'étant pas opposé à la publication de leurs coordonnées
...
Recherchez votre marque

Micro-entrepreneur : le point sur un statut

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars 0 vote(s)
[ssba]
micro-entreprise  Article précédent Article suivant 
Publié le 17.12.16

Depuis janvier 2016, le statut d’auto-entrepreneur a été remplacé par le statut de micro-entrepreneur. Ce statut est privilégié par les particuliers qui souhaitent créer une entreprise, car les démarches de création d’activités sont simplifiées. La comptabilité est également simple et facile à tenir. Quelles sont les évolutions subies par le statut auto-entrepreneur. Quelles sont les obligations auxquelles se doit de répondre le prestataire professionnel ? Quelles démarches doit-il assurer ?

Un statut simple

Le statut de micro-entrepreneur permet de créer une entreprise individuelle. C’est un statut idéal, lorsque vous souhaitez créer une entreprise en solo. Le micro-entrepreneur est un travailleur indépendant. Il doit s’immatriculer au Répertoire des Métiers ou au Registre du commerce et des sociétés, selon son secteur d’activités. Le statut d’auto-entrepreneur a été créé pour simplifier le règlement des cotisations dues par le professionnel. Ces dernières restent basées sur un pourcentage du chiffre d’affaire. Contrairement, aux autres statuts, la micro-entreprise n’est soumise au paiement de cotisations sociales que si un chiffres d’affaires a été réalisé et déclaré.
Pour conserver ce statut, il ne faut pas dépasser les chiffres d’affaires plafond suivants :
-32 900 €, pour les activités de services
-82 200 € pour les activités liées à la vente de biens, marchandises et fournitures

Créer une micro-entreprise : de nouvelles obligations

Devenir micro-entrepreneur, depuis le début d’année 2016, implique de répondre à de nouvelles obligations. En effet, depuis 2015, l’ex auto-entrepreneur est tenu :

  • d’ouvrir un compte bancaire dédié à son activité. L’ouverture d’un second compte bancaire peut répondre à cette fonction (Vous pouvez ouvrir uncompte Nickel, un compte Société Générale, Crédit Mutuel, Caisse d’Epargne…). Il n’est pas obligatoire de créer un compte professionnel pour respecter ce cadre juridique.
  • de procéder à son immatriculation
  • d’effectuer un stage préalable à l’installation (ce stage doit être d’une durée de 30 heures)
  • de payer la Cotisation Financière des Entreprises (CFE)
  • de procéder à la télé-déclaration de son chiffre d’affaires, si celui déclaré l’année précédente correspond à la moitié des sommes plafonds, soit 41 100 € pour une année, au cours d’activités de vente de biens, marchandises…, et 16 450 € pour une activité de prestations de services.

Création micro-entreprise : maintien de points juridiques

Certains points concernant le statut d’auto-entrepreneur ont tout de même été conservés, ce qui permet aux professionnels installés, avant la modification de la législation de retrouver des marques. Ainsi, le micro-entrepreneur continue à ne pas payer de charges sociales et fiscales, s’il ne déclare aucun chiffre d’affaires. Il est tenu de procéder à la déclaration de son CA, soit mensuellement, soit trimestriellement. Des charges supplémentaires lui sont imputées, s’il ne répond pas à ces obligations.
Les micro-entreprises sont exonérées de la facturation de la TVA, à la base. Une mention TVA non applicable doit être précisée sur chaque facture.
Il est impératif de changer de statut juridique, lorsque votre chiffre d’affaires dépasse les plafonds pré-cités.
Les charges engagées dans votre entreprise ne sont pas déductibles des impôts.

Besoin d'aide ? Notre service de renseignement téléphonique vous répond tous les jours 24h/24 et 7j/7. Nos conseillers sont disponibles par téléphone au numéro ci-dessous
Numéro de téléphone pour être mis en relation avec notre service : Appelez le 118 412
Le 118 412 est un service renseignement téléphonique agrée par l'ARCEP et est indépendant des marques et des services publics. Les conditions tarifaires sont disponibles sur infosva.org
Laisser un commentaire
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluations)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *